Centre Régional d'Initiation à l'Écologie • Ferme d'Uccle • Région Bruxelles Capitale

Centre Régional d'Initiation à l'Écologie
Ferme d'Uccle • Région Bruxelles Capitale

Nouvelles diverses Mars

Chaque mois, nous vous partageons une sélection de nouvelles liées à l'actualité bruxelloise en matière d'écologie, du développement durable et de la protection de la biodiversité.

Table de matières

Journées bruxelloises de l’eau

Save the date : du dimanche 21 au dimanche 28 mars 2021, jetez-vous à l’eau et participez aux nombreuses activités gratuites organisées sur ce thème passionnant !

Activités gratuites: visites et promenades guidées autour de l’eau, croisières, conférences, musées, bassins d’orage, sauvegarde des batraciens, observations nature, activités pour les enfants… Le programme est en construction et sera disponible en ligne dès fin février.

Campagne de sensibilisation : ‘Ici commence la mer’

Des pochoirs ‘ici commence la mer’ à côté des avaloirs rappelleront aux Bruxellois le lien entre leurs égouts et la mer. Et inciteront à ne rien y jeter!

Programme d’activités pour les écoles

En semaine (du lundi 22 au vendredi 26 mars), activités d’éducation à l’environnement sur le thème de l’eau pour sensibiliser les jeunes décideurs de demain

En savoir plus : Le guide d’information et d’activités “L’Eau à Bruxelles (.pdf) édité à l’occasion des Journées bruxelloises de l’eau, vous invite à découvrir les multiples facettes de l’eau à Bruxelles.

Ce document est également disponible à la demande auprès Bruxelles Environnement (02 775 75 75 info@environnement.brussels) et auprès des partenaires de l’événement.

 

La Semaine sans pesticides

Depuis 2011, la Région de Bruxelles-Capitale démarre le printemps avec la Semaine Sans Pesticides, du 20 au 30 mars. Pendant cette semaine des dizaines d’activités sont organisées en Région de Bruxelles-Capitale : visites de jardins et de potagers privés ou collectifs, projections de films, conférences, colloques, portes ouvertes, balades guidées, ateliers, expositions…

Consultez l’agenda des événements et encodez vos activités !

Chacun peut référencer ses actions dans notre agenda, qu’il s’agisse d’une association, d’une commune ou d’un particulier souhaitant ouvrir les portes de son jardin. Notre partenaire Natagora veillera à ce que l’activité proposée soit cohérente avec les objectifs de la Région.

 

 

Avocat pour le climat

 En 2014, un groupe de 11 citoyens inquiets a décidé d’agir contre la politique climatique belge inadéquate. Ils ont ainsi créé une association sans but lucratif et engagé des poursuites judiciaires contre les autorités compétentes.  Ce procès va réellement débuter le 16 mars 2021.

Dimanche 14 mars après-midi, nous descendrons dans la rue ! Vêtus de noir et d’un col blanc d’avocat fait par nos soins, nous ferons savoir en masse, à l’échelle locale et dans le respect des règles liées au coronavirus, que nos intentions sont sérieuses. Nous donnerons ainsi ensemble le coup d’envoi des auditions, qui débuteront le 16 mars. 

 

 

LA SENNE VA RÉAPPARAÎTRE 

Une nouvelle portion de la Senne va revoir le jour au nord de Bruxelles, au niveau de la station d’épuration Aquiris.

Commencés en septembre 2020, les travaux d’ouverture de l’ancien pertuis et de restauration des berges devraient être terminés le printemps prochain. La Senne sera alors à nouveau visible sur une portion d’environ 210 mètres. Le chantier s’inscrit dans une logique de circularité des matériaux. Les nouvelles berges seront en partie constituées avec le béton concassé du pertuis. Une partie des plantations qui seront réalisées sur le site a aussi été prélevée au début des travaux.

 

 

Le tri de vos sacs bleus est simplifié

Depuis janvier 2021, vous pouvez trier presque tous les emballages plastiques et les mettre dans votre sac bleu ! 

Vous pouvez enfin trier les pots de yaourt, les raviers de champignons, les barquettes de beurre, ainsi que les films qui entourent les magazines, les sacs en plastique, etc.

Tout savoir sur le nouveau sac bleu.

Si recycler est indispensable pour récupérer les matières au lieu de les brûler, il est urgent et possible de tendre vers le zéro déchet.

Passer au Zéro Déchet, c’est concret et à la portée du plus grand nombre. C’est un changement plus qu’utile pour la protection de l’environnement afin d’éviter l’épuisement de nos ressources naturelles.

Il est aussi possible de s’abonner à la newsletter Bruxelles Zéro Déchet qui regorge de conseils, de trucs et astuces pour vous simplifier la vie. Vous pourrez y découvrir tous les deux mois :

 

 

 

Appel à projet “Inspirons le Quartier”

Avec l’appel à projet Inspirons le Quartier, Bruxelles Environnement vous soutient dans la mise en place d’initiatives de développement durable dans votre rue, votre quartier ou plus largement à l’échelle de la région. Les projets sont destinés à réduire l’impact des habitants sur l’environnement et sont menés entre amis ou entre voisins. C’est aussi l’occasion de (re)créer du lien social et de la solidarité, tout en améliorant la qualité de vie.

Le but est de dynamiser et d’améliorer la qualité de vie du quartier, en mobilisant ses habitants autour de la préservation de l’environnement et du développement durable, et cela au travers des thématiques alimentation, potager collectif, zéro déchet, compost collectif, nature et biodiversité, énergie, propreté publique et mobilité.

Depuis son lancement en 2016, l’appel à projet a démontré que les Bruxellois ne manquent pas d’idées : quelque 300 projets ont déjà bénéficié d’un soutien de Bruxelles Environnement. De belles sources d’inspiration pour cette nouvelle édition.

Si vous souhaitez développer plusieurs types d’initiatives durables à l’échelle de tout un quartier, le projet peut être introduit sous le volet « Quartiers Durables Citoyens ». Un accompagnement vous permettra de faire un état des lieux et de planifier l’ensemble des projets.

Envie de contribuer ? Vous avez des projets plein la tête mais ne savez pas comment vous lancer ?

L’appel à projets « Inspirons Le Quartier » de Bruxelles Environnement est là pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets collectifs de quartier et peut vous apporter un soutien financier allant jusqu’à 15 000 Euros.

Afin de favoriser l’émergence de ces initiatives, Bruxelles Environnement propose un accompagnement dès le montage du projet, pour aider les candidats à introduire leur dossier. Une fois sélectionnés, les lauréats pourront bénéficier de conseils de professionnels et d’un soutien financier.

L’appel s’adresse à tout groupe de citoyens, voisins, connaissances, amis, habitants d’une rue ou d’un quartier, éventuellement réunis en association de fait, … qui souhaite développer collectivement un projet. Les seules conditions sont de composer un « groupe pilote » de minimum 5 personnes qui portera le projet tout au long de son développement et que son mode de fonctionnement soit participatif.

Convaincus? Alors inspirez… et lancez-vous !

Participez à l’une de nos séances d’information en ligne pour discuter de vos projets et poser toutes vos questions ! Organisées sous forme de tables de discussion, elles vous donneront l’opportunité d’échanger autour des différentes thématiques de l’appel à projets, de rencontrer d’autres porteurs de projets ainsi que les représentants communaux qui peuvent se révéler une aide précieuse dès le début de la mise en place du projet.

28/03/2021 Clôture des remises de pré-projets

 

 

 

Quelle est la résistance des chênes aux insectes selon les différents climats européens ?

L’idée est simple : placer de fausses chenilles en pâte à modeler dans des arbres et observer les traces laissées par leurs prédateurs. Ainsi, la plus ou moins grande présence d’empreintes de bec, de dents ou de mandibules sur les leurres donne une idée de l’activité des prédateurs des chenilles.

Durant deux ans, 82 enseignants et leurs élèves dans différents pays européens ainsi que 30 scientifiques ont suivi ce protocole dans le cadre du projet de recherche participatif «Gardiens des chênes ».

A l’origine de ce projet, l’envie d’approfondir les résultats d’une campagne de quantification des dégâts d’insectes sur le chêne le long d’un gradient depuis l’Espagne jusqu’à la Finlande. En analysant les données, on espère pouvoir expliquer le constat d’une diminution des dégâts d’insectes à mesure qu’on se rapproche des régions les plus au nord. Les scientifiques ont toutefois deux hypothèses : la qualité ou les défenses de la plante s’avèrent différentes selon l’endroit où elle se situe ou c’est l’activité des prédateurs qui est plus ou moins importante en fonction du climat. Pour les vérifier avec un grand nombre d’échantillons, les scientifiques ont donc lancé ce projet participatif.

10 000 fausses chenilles installées

Au final près de 10 000 fausses chenilles installées au préalable dans près de 300 arbres et plus de 9 000 feuilles, ont été renvoyés aux chercheurs. Les premiers résultats montrent qu’à l’échelle de l’étude, il n’y a pas de signal fort de la latitude ou des variables du climat sur les dégâts causés par les insectes herbivores. Toutefois certains montrent une sensibilité au climat. Le projet scientifique devrait se poursuivre jusqu’en 2022 en intégrant de nouvelles écoles. Il compte également mieux caractériser la biodiversité associée au chêne : quels sont les herbivores causant les dégâts ? comment varie leur répartition le long du gradient géographique ? quels sont les oiseaux prédateurs de ces herbivores ?

Appel aux écoles pour un projet de sciences participatives

Des élèves de sept pays européens ont participé à un projet de sciences participatives. Ils ont installé plus de 3 000 fausses chenilles en pâte à modeler dans des arbres pour y déceler des traces laissées par les prédateurs des chenilles. Ils ont envoyé leurs observations aux scientifiques qui étudient les effets du climat sur les défenses des arbres.

Il reste encore plusieurs régions inexplorées en Europe. C’est pourquoi les scientifiques veulent reconduire l’expérience en 2021. Vous pouvez les aider !

Des explications détaillées vous guideront dans les différentes étapes du projet, depuis l’identification des chênes jusqu’à la lecture des traces de prédation sur les chenilles. Vous pourrez alors transmettre vos observations aux scientifiques qui les ajouteront à leurs propres observations.